Le Wi-Fi est-il une menace invisible pour la santé?

Photo de Gerd Altmann sur Pixabay.      Selon l’Organisation mondiale de la santé, les champs magnétiques de basses fréquences et les champs électromagnétiques radioélectriques sont “potentiellement cancérogènes pour l’homme”.

Ils existent, on ne les voit pas, mais on sait immédiatement s’ils sont ou non autour de nous car nous sommes déjà dépendants de leur existence. Ondes électromagnétiques non ionisantes émises à basse fréquence via Internet sans fil, appelé réseau sans fil (Wi-Fi). À la maison, au travail ou dans la rue, vous pouvez communiquer avec votre ordinateur, votre téléviseur, votre tablette ou votre téléphone portable par la voix, des données et/ou des images en temps réel.

C’est la révolution numérique qui change le monde à la vitesse de la lumière, mais sans que la population ne se rende compte des méfaits, auxquels ils sont quotidiennement soumis, par ce cocktail de radiations. De nombreux scientifiques alertent que tous les êtres humains sont de vrais cobayes soumis aux ondes électromagnétiques à basse fréquence et à leur rayonnement.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2011 puis en 2016, par l’intermédiaire du Centre international de recherche sur le cancer, a reconnu que “les champs magnétiques de basse fréquence et les champs électromagnétiques de radiofréquence” sont “potentiellement cancérogènes pour l’homme” et peuvent également provoquer une hypersensibilité électromagnétique.

Également en 2013, l’Agence nationale pour la sécurité et la santé dans l’alimentation, l’environnement et le travail (ANSES) a recommandé: “de limiter l’exposition de la population aux fréquences radioélectriques, en particulier celles provenant des téléphones portables, en particulier pour les enfants et les utilisateurs fréquents”, comme aussi, “Contrôler l’exposition globale aux radiations des stations de base des réseaux mobiles”.

Rien qu’au Portugal, plus de 15 000 antennes de communication mobile sont actuellement installées et l’accès à Internet via des routeurs Wi-Fi devrait avoisiner les trois millions. Sans parler des 16 millions de cartes de téléphone mobiles actives. À cela s’ajoutent des infrastructures d’alimentation et de distribution d’électricité ainsi que des compteurs intelligents innovants qui inondent le pays. Mais aussi, dans de nombreux cas, il existe même des stations à haute tension et des stations de base de télécommunication près des écoles, ce qui permet d’oublier l’impact électromagnétique en contrepartie de considérations financières, comme le reconnaissent certains responsables des télécommunications.

Le régulateur du secteur des télécommunications, Anacom, effectue des inspections au Portugal, mais considère que tout est normal. En 2016, 1 846 ont été fabriqués, dont 242 dans des écoles, et le résultat est toujours le même: ils respectent les niveaux fixés par la loi (voir ici), bien que les valeurs de lecture ne soient pas révélées.

Cependant, nous connaissons tous des personnes qui se sentent mal à l’aise de vivre à proximité d’une antenne de télécommunication ou même lorsqu’elles pénètrent dans un centre commercial où se concentrent de nombreuses lumières, ordinateurs/caisses enregistreuses, terminaux de paiements automatiques, systèmes d’alarme, détection incendie, caméras de sécurité, Internet fixe et mobile. Un cocktail de champs électromagnétiques, c’est-à-dire une pollution invisible à l’œil nu et nuisible à notre corps.

Controverse et discorde

Mais il y a aussi des scientifiques qui sont en désaccord et contestent les études existantes sur les risques pour la santé humaine. En outre, au début de 2017, le Comité consultatif scientifique sur les radiofréquences et la santé (CCARS), sous l’égide de l’Université Complutense de Madrid, dont la direction avait été prise en 2016 par l’Ordre des ingénieurs en télécommunications, a présenté un rapport qui permet de démonter 350 études, concluant que les niveaux d’exposition en Europe “sont des centaines ou des milliers de fois inférieurs à ceux recommandés par l’Union européenne, l’OMS et la Commission internationale de protection contre les radiations non ionisantes (ICNIRP)”.

La vérité est que chaque jour nous sommes davantage exposés aux champs électromagnétiques sans qu’il y ait une mesure globale permanente des lieux où nous nous trouvons. Ainsi, malgré l’incertitude qui plane dans les airs, il appartient à chacun d’entre nous de déterminer s’il en vaut la peine d’exposer notre corps, notre âme et notre esprit à ce risque.

Quels sont les risques?

Photo de Life-Of-Pix sur Pixabay.     L’hypersensibilité électrique est déjà reconnue comme une maladie par le Parlement européen.

De nombreux scientifiques, y compris l’Organisation mondiale de la santé, admettent qu’il existe un risque de cancer, de stress cellulaire, d’augmentation des radicaux libres nocifs, de dommages génétiques, de modifications structurelles et fonctionnelles du système reproducteur (infertilité chez les deux sexes qui, dans le cas des femmes, peut commencer par modifier le cycle menstruel, le processus d’ovulation et même provoquer l’avortement), ou la dégradation du système immunitaire, du système sanguin et cardiovasculaire, des déficits de la mémoire et de l’apprentissage, des troubles neurologiques et des impacts négatifs sur le bien-être général des êtres humains. Certains des symptômes se manifestent par une vue fatiguée, des maux de tête ou sur les épaules, l’esprit épuisé, entre autres.

Si en ce qui concerne les cancers du cerveau et du système nerveux, il reste difficile de prouver la corrélation statistique, en ce qui concerne l’électrosensibilité le Parlement Européen, fut la première entité internationale à reconnaître la maladie dans la résolution du 2 avril 2009, art. 28:

“Les États membres devraient suivre l’exemple de la Suède et reconnaître que les personnes souffrant d’hypersensibilité électrique sont reconnues comme ayant un handicap, en leur assurant une protection adéquate et en leur offrant des chances égales” (Lisez le texte dans son intégralité).

En Suède, l’État accepte les arrêts médicaux dus à l’électrosensibilité et garantit une compensation financière en cas d’invalidité.

En Espagne, à la fin de l’année 2011, l’hypersensibilité électrique a été reconnue et, pour la première fois, une pension de retraite complète a été versée à un employé souffrant de ce handicap.

En France, par exemple, l’écrivain Marine Richard, 39 ans, perçoit une pension d’invalidité mensuelle, bien que l’État français ne reconnaisse pas l’électrosensibilité.

Hugo Dunkel, 29 ans, cité par le magazine Visão (édition du 05/05/2016), n’exclut pas que des facteurs psychologiques puissent contribuer à son électrosensibilité, mais pour ce concepteur de Porto, il est impossible de nier l’évidence de ce qui lui arrive. ” Si j’utilise pendant une très longue période mon ordinateur avec Wi-Fi ou mon téléphone, la peau de mes mains devient très sèche, mes doigts se réchauffent et se coupent presque instantanément.” Il avoue qu’il a déjà été “beaucoup moqué et incompris”.

De cette façon, mieux vaut prévenir que guérir, la meilleure solution consiste à désactiver le Wi-Fi à la maison, ainsi que tous les gadgets électroniques disponibles, afin de ne pas vous exposer du jour au lendemain à des perturbations électromagnétiques non ionisantes.

Photo de Wokandapix sur Pixabay.      Avant de se coucher, désactivez le réseau Wi-Fi dans toute la maison pour passer une nuit plus calme.

 

 

Sachez-en plus sur le Wi-Fi sur:

La France interdit le Wi-Fi dans les crèches et le restreint dans les écoles primaires

 

Renforcez votre conscience sur:

http://monit.it.pt/downloads/file113_pt.pdf

http://monit.it.pt/downloads/file102_pt.pdf

http://faqtos.pt/downloads/file224_pt.pdf

http://visao.sapo.pt/actualidade/sociedade/2016-05-05-Zona-Wi-Fi-Perigo-para-a-saude-

http://visao.sapo.pt/actualidade/sociedade/2016-05-05-Fui-obrigada-a-abandonar-tudo

https://pt.linkedin.com/pulse/como-os-campos-eletromagnéticos-e-electrónicos-nos-influenciam-noem

http://www.bbc.com/portuguese/curiosidades-37981911

http://www.icnirp.org/cms/upload/publications/ICNIRPemfgdl.pdf

http://www.icnirp.org/cms/upload/publications/ICNIRPStatementEMF.pdf

http://monographs.iarc.fr/ENG/Monographs/vol80/

http://monographs.iarc.fr/ENG/Monographs/vol10

http://www.who.int/ceh/capacity/radiation.pdf?ua=1

https://camposeletromagneticos.wordpress.com/2016/10/20/wi-fi-em-escolas-perigo-iminente/

https://camposeletromagneticos.wordpress.com/2017/01/23/energias-alternativas-um-perigo-para-a-saude/

http://monit.it.pt/downloads/file127_pt.pdf

http://www.faqtos.pt/index.php?id=15

 

 

 

 

 

 

 

Love
rfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-slide