Sept conseils pour voyager en avion avec des enfants

Photo de Skeeze sur Pixabay.      La première grande aventure en avion doit être bien expliquée à l’enfant afin que celui-ci se sente heureux et sans peur.

Voyager en avion avec un enfant n’est pas sorcier. Il suffit d’expliquer la nouveauté à l’enfant sans transmettre de peur ou d’insécurité, mais avec beaucoup d’amour. Il suffit alors du bon sens et du réconfort pour que l’enfant se sente heureux et prêt pour l’une des aventures de sa vie. Cela semble simple et c’est vrai, tant que les parents soient conscients que le premier voyage peut laisser des traces sur la confiance de ce nouvel Être qui vient d’arriver dans votre vie.

Nous vous rappelons que l’aéroport est le lieu où environ 80% des passagers révèlent leur peur. Un sentiment qui prend de grandes proportions et fonctionne comme une sorte de nuage noir qui attire et infecte facilement les Êtres plus sensibles, en particulier les enfants. Face à cette réalité, de nombreux parents manquent de perspicacité et de maîtrise de soi nécessaires pour pouvoir dialoguer avec leurs enfants afin de les protéger de ce nuage noir. Leurs peurs se chevauchent et ils parlent donc fort ou crient même sur leurs enfants en leur donnant des ordres, de sorte qu’ils puissent se concentrer sur leur sentiment de peur qu’ils ne peuvent surmonter. Voici sept conseils pour vous aider à surmonter cette peur et cette insécurité:

  1. Le voyage commence au sol

Le début du voyage commence quelques jours avant le décollage de l’avion. Sans drame, les parents devraient expliquer calmement à l’enfant l’aventure qu’ils vont entreprendre. Pour rendre le voyage encore plus excitant, rendez-vous à un aéroport pour voir les avions atterrir et décoller ou bien regardez les avions qui survolent le ciel.

  1. Les fleurs de Bach aident  

La fleur de Bach Rescue contient cinq élixirs floraux (Cherry Plum, Clematis, Impatiens, Rock Rose, Star of Bethlehem) destinés à aider les parents et les enfants à surmonter des moments moins faciles, mais ce n’est pas par hasard que l’on l’appelle le “secours”. En prenant cet élixir quelques jours avant le début du voyage et pendant le vol, il détend, calme et renforce la sécurité.

La fleur de Bach Rescue, d’Edward Bach, en gouttes ou en spray – attention il existe aussi la solution pour enfants sans alcool – a pour fonction d’équilibrer, en cas d’urgence, les innombrables qualités et fréquences des énergies qui composent la géométrie vibratoire du Corps, de l’Âme et de l’Esprit de l’Être Humain. Vous pouvez aussi utiliser l’essence florale RQ7 d’Andreas Korte qui contient deux autres essences florales, la Consoude Tubéreuse et la Fleur de Lotus, distinctes du Rescue, car les fleurs ne sont pas coupées de la plante-mère.

Ces deux élixirs devraient nous accompagner au quotidien, car elles agissent en tant que SOS pour surmonter des situations inattendues d’anxiété, de tension, d’insécurité ou de peurs qui se manifestent quand on l’attent le moins.

Ces élixirs peuvent être trouvées dans les pharmacies à base de plantes, homéopathiques ou sur le site Web PHI Essences.

  1. Gérer les énergies à l’aéroport

À l’aéroport, les parents devraient parler tranquillement, d’un ton attentionné, avec l’enfant pour expliquer ce qui se passera dans l’avion. C’est aussi une période où beaucoup d’énergie associée à la peur et à l’insécurité circulent dans l’aéroport et les enfants, comme ils sont très sensibles, capturent facilement cette énergie. Conscients de cette réalité, les parents devraient parler aux enfants afin qu’ils n’aient ni peur, ni se sentant en insécurité contrairement à beaucoup de ceux qui les entourent.

  1. À bord de l’avion

Dans l’avion, les parents doivent rester calmes et parler tout bas pour demander à l’enfant de s’asseoir confortablement dans son siège et lui apprendre à boucler sa ceinture de sécurité s’il ne siège pas sur ses genoux. L’amour et la confiance transmis à l’enfant lui permettront de se sentir en sécurité pour affronter l’aventure de sa vie.

Si dans une voiture, le freinage et l’accélération provoquent déjà une pression dans notre organisme, dans un avion, cela prend une proportion beaucoup plus grande avec le décollage et l’atterrissage. De plus, la vitesse élevée du vol, la pressurisation, le passage à travers les réseaux d’Hartmann, les fuseaux horaires et les changements d’hémisphère de la planète permettent de grands changements dans le Corps, l’Âme et l’Esprit de tout Être Humain, en particulier des plus sensibles, comme les enfants. Ces changements se font sentir, par exemple, au niveau des vortex vibratoires des corps subtils et des chakras.  

Photo de Aditomo68 sur Pixabay.    Les parents doivent être très sereins et parler à voix basse pour demander à l’enfant de s’asseoir confortablement dans son siège et de lui apprendre à boucler sa ceinture de sécurité.
  1. Décompression des oreilles

Le décollage et l’atterrissage sont des moments de forte tension à l’intérieur de l’avion. Les parents devraient donc pouvoir expliquer cela à l’enfant afin que la situation puisse être facilement surmontée. Donnez un peu d’eau avec deux ou trois gouttes de Rescue, mettez également une goutte sur les sources, derrière les oreilles et dans les poignets, pour que l’enfant fasse la décompression sans problème. Les parents devraient faire de même pour bénéficier du même soulagement pour leurs oreilles et aussi pour assurer la sécurité et augmenter l’estime de l’enfant.

  1. Amusement en altitude

Avec l’avion dans l’air qui circule dans le ciel et après que le pilote ait ordonné de pouvoir retirer la ceinture de sécurité, le moment est propice à une détente totale. Les parents devraient prendre le temps de parler tranquillement avec l’enfant, de jouer et de profiter de l’aventure qui se déroule à haute altitude. La patience et la tranquillité sont les atouts indispensables pour surmonter la fatigue et l’irritabilité qui affectent parfois les enfants, en particulier lors de longs voyages. Il appartient aux parents de trouver les distractions nécessaires pour occuper le temps imparti chaque fois que le sommeil ne frappe pas à la porte. Le voyage à la fenêtre permet, par exemple, d’analyser la géométrie des sols et les formes des nuages.

  1. Trous d’air

Voyager en avion sans trous d’air n’est pas marrant. Il appartient aux parents d’expliquer ce phénomène naturel que l’on peut considérer comme une sorte de manège magique. Sans paniquer, les parents devraient asseoir l’enfant et lui mettre sa ceinture de sécurité afin que tout soit préparé pour la descente dans le trou d’air. À ce moment-là, il est fondamental de transmettre de la sécurité, de la tranquillité, de l’amour et de la joie afin que l’enfant ait confiance en lui et dépasse sa peur.

Esfera Dourada participe pour que votre voyage en famille soit le plus heureux.

Love
rfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-slide