Les algues nourrissent, soignent et créent même le plastique du futur

Photo de Kerstin Riemer sur Pixabay.   La récolte des algues a été réglementée pour la première fois en 1308 par le roi D. Dinis.

Elles n’ont pas de racine, pas de tige, pas de fleur ni de fruit et vivent dans les mers, les rivières ou les lacs. Ce sont de véritables bijoux aquatiques, en particulier les algues marines. Les algues constituent la base alimentaire de l’écosystème aquatique, mais apportent également des bénéfices nutritionnels, médicinaux et environnementaux exceptionnels pour l’être humain. Ce n’est pas un hasard si de nombreux peuples vivant le long de la côte, en particulier ceux de l’Asie du Sud-Est, les Indiens d’Amérique latine ou les Européens, en particulier ceux du Nord, en consomment régulièrement depuis des milliers d’années.
Au Portugal, la récolte des algues a été réglementée pour la première fois en 1308 par le roi D. Dinis. Même aujourd’hui, Sargassum Muticum, plus communément appelée Sargasse japonaise, est souvent extrait pour la production de biofertilisant.

Les algues sont des êtres uniques qui se distinguent par leur palette de couleurs vives et variées. Il existe plus de 25 000 espèces classées en fonction de la composition de leur pigmentation. La couleur varie du vert au brun en passant du rouge au bleu. Mais sachez que toutes ne peuvent pas être consommées par les Humains, car elles sont toxiques (leur fréquence énergétique est très élevée, ce qui est incompatible avec notre état actuel) et leur consommation doit toujours être 100% biologiques.

De nombreux experts considèrent ces légumes aquatiques comme un cadeau de l’avenir en raison de la facilité et de la rapidité avec lesquelles elles se développent et s’adaptent à l’environnement, ce qui permet une reproduction naturelle constante ou même une production à grande échelle en aquaculture et à faible coût.

Les données de 2013 publiées par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) montraient déjà qu’environ 27 millions de tonnes d’algues étaient produites chaque année dans le monde, dont 90% en aquaculture. En termes financiers, cela représente environ sept milliards de dollars, selon la FAO.

Ces chiffres sont toutefois très modestes compte tenu du potentiel important qui existe: production pour la consommation humaine et pour l’industrie chimique qui, outre la fabrication de médicaments et de produits de beauté, parient également sur la création d’une nouvelle génération de plastiques, les bioplastiques. C’est peut-être même l’une des solutions pour enrayer la vague de pollution qui tue la planète. Selon les dernières données publiées par les Nations Unies, 400 millions de tonnes de plastique sont produites chaque année, dont 9% seulement recyclé efficacement.

Selon une étude de la Fondation Ellen MacArthur, dévoilée au Forum économique de Davos en 2016, pour chaque cinq tonnes de poisson, il y a aujourd’hui une tonne de déchets plastiques en mer. Un ratio qui en 2025 pourrait passer à trois tonnes de poisson, à un de déchet (lisez en plus sur “Reconnaître un plastique avec du «bisphénol A» afin de protéger votre vie“).

Des entreprises telles qu’Iberagar, Algaplus, Wedotch ou Algatec, entre autres au Portugal, développent déjà des macroalgues pour la production de bioplastiques (en plus de la production d’algues pour l’alimentation et l’industrie). C’est la réponse aux demandes de Bruxelles qui prévoit, d’ici 2020, que 10% des bioplastiques soient créés sur le marché européen.

Photo de Ronile sur Pixabay.   Il existe déjà au Portugal des entreprises qui tentent de créer des macro-algues destinées à la production de bioplastiques.

Les algues rayonnent des nutriments

Si vous avez déjà mangé dans un restaurant chinois, japonais, thaïlandais ou macrobiotiques vous avez probablement goûté aux algues, même sans le savoir. Ces légumes de mer, nous concentrerons l’analyse que sur les macroalgues de la mer, sont riches en:

  • glucides,
  • protéines,
  • calcium,
  • vitamines et
  • minéraux essentiels

Ce sont des sources d’iode, de fer, de potassium, de cuivre, de magnésium et de zinc, entre autres nutriments. En outre, de nombreuses algues contiennent également de la carotène, une substance qui protège les cellules cancéreuses. Mais pour que les algues aient des valeurs nutritionnelles élevées, il est nécessaire qu’elles soient cultivées dans leur habitat naturel et récoltées dans des océans profonds et non pollués et traitées selon des méthodes traditionnelles, soulignent les experts. Il convient toutefois de noter que les algues sont des bioaccumulateurs environnementaux, c’est-à-dire que leurs tissus peuvent accumuler des métaux lourds tels que le mercure, le plomb, l’étain, entre autres, en raison de la pollution des océans. Mais malgré le risque, ils ont une valeur nutritionnelle unique.

Pedro Lôbo do Vale, un médecin, cité sur le site Granary, a déclaré: “Les algues ont une teneur élevée en protéines et certaines espèces, comme la spiruline, contiennent environ 70% de protéines. Elles sont riches en acides aminés essentiels et très bien digérés en raison de la présence de minéraux et de certaines enzymes. Ces légumes ont une faible teneur en glucides et en sucres. “Ce médecin explique également que l’iode d’algues peut aider à équilibrer le dysfonctionnement de la thyroïde en cas d’hypothyroïdie, mais pour ce type de patients, Pedro Lôbo do Vale dit que le conseil du médecin est essentiel pour quiconque souhaite avoir un régime alimentaire régulier à base d’algues.

Photo de Praha/ČR sur Pixabay. Les algues sont riches en acides aminés essentiels et très bien digérées en raison de la présence de minéraux et de certaines enzymes.

La liste des avantages pour l’organisme humain est très vaste, mais pour avoir une petite idée, elles renforcent le système immunitaire, nettoient et détoxifient le sang et le corps, sont donc souvent recommandées dans les traitements contre l’obésité. Protègent le cœur ou l’estomac des gastrites et des ulcères, entre autres, en plus des traitements de beauté pour les cheveux et la peau.

Mais avant d’en consommer, sachez que chaque algue présente des avantages uniques qui doivent être respectés, par exemple si l’eau de mer est salée et si elle est mieux adaptée aux périodes de fortes températures (printemps ou été) ou froides comme l’automne ou l’hiver. Des questions qui peuvent être posées à un expert en nutrition.

 

Ce texte est une prise de conscience. Selon la saison et le moment où vous vous trouvez, c’est à chacun de décider s’il doit consommer cette nourriture. La posologie et la fréquence dépendent de la nature et de la condition physique de chaque Être Humain.

Sachez-en plus sur les algues sur:

10 sortes d’algues à avoir à table

Love
rfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-slide