Vivre sans argent, sans religion ou sans politique n’est pas utopique

Photo de Jill Wellington sur Pixabay.   Vivre en harmonie avec la nature est un rêve devenu réalité pour de nombreux écovillages un peu partout sur la planète.

Se réveiller aux premiers rayons du soleil dans un environnement où Corps, Âme et Esprit sont en parfaite harmonie avec la nature est un rêve devenu réalité pour de petites communautés qui se sont répandues au cours des 50 dernières années dans le monde entier.

Ce sont des micro-oasis fondés sur une structure sociale basée sur un mode de vie durable à travers l’environnement. Cela semble même fantastique de pouvoir vivre dans une maison construite pour vous ou par une communauté de personnes qui veulent faire de ce rêve une réalité. Tous fabriqués à partir de matériaux de la nature elle-même, tels que l’argile, le sable, le bois ou d’autres matériaux, et au milieu de la nature, sans frais mensuels pour la banque ou l’État. Cette maison sera encadrée dans une communauté où la vie sociale, culturelle et spirituelle est fondée sur la coopération, le respect, la transparence et l’amour.

Photo de Tamera.   Le projet Tamera existe à Odemira (Portugal) depuis 1995 et est défini comme un «centre international de recherche pour la paix».

L’argent, la religion, la politique ou le développement économique sauvage n’entrent pas, ni des valeurs telles que l’individualisme excessif, la violence concurrentielle, le pouvoir, le contrôle d’autrui ou le consumérisme effréné… Il y a une économie, mais basée sur la solidarité et une consommation consciente et durable.

De nombreux experts considèrent les écovillages comme de véritables passerelles entre le passé et l’avenir, car le format de société actuelle est considéré comme non durable. Ce n’est pas un hasard si ces micro-oasis ont été officiellement désignées en 1998 par l’ONU pour figurer sur la liste des 100 meilleures pratiques en matière de développement durable.

Photo de Tamera.     Le mont Cerro, à Odemira, dans le sud du Portugal, compte 134 hectares. C’est l’espace Tamera.

Mais il existe de nombreux écovillages dans le monde et le Portugal ne fait pas exception, qu’il s’agisse de fermes ou de micro-villages comptant des dizaines ou un peu plus d’une centaine de personnes, tels que dans l’Alentejo avec Tamera, Cento e oito, Vale Bacinas, Casa Fluxus, Tribodar, Vanaprastha Nabais, Fortuna Verde ou Quinta da Cabeça do Mato, parmi beaucoup d’autres.

Tamera, à Odemira

Ce projet est né en 1978 en Allemagne, mais a été étendu au Portugal en 1995 par le biais de Dieter Duhm, Sabine Lichtenfels et Charly Rainer Ehrenpreis, plus précisément dans le sud du pays, sur une propriété de 134 hectares, Cerro do Monte, à Odemira. Tamera se définit comme un «centre international de recherche sur la paix» et dispose désormais de zones réservées aux visiteurs et à l’enseignement, comprenant des campings, des chambres d’hôtes, des salles de séminaire et un auditorium.

Les questions de recherche écologique et technologique de Tamera comprennent la mise en place d’un Paysage de Rétention d’Eau – pour restaurer le cycle de l’eau et les écosystèmes – ainsi que d’un modèle d’autosuffisance régionale en matière d’approvisionnement en énergie et de nutrition.

Photo de Tamera.    La communauté de Tamera compte environ 170 habitants, principalement des allemands.

À la mi-2017, Tamera comptait 170 résidents, majoritairement allemands, un poids qui se reflète également dans la structure de gouvernance de cette communauté. Cette structure assume qu’elle est en train de créer sa propre constitution, mais considère pour l’instant les principes éthiques suivants: Vérité, Soutien Mutuel et Participation Responsable.

“Si nous parcourons le chemin de la coopération avec la nature, un jour nous reconnaîtrons qu’un mot comme “paradis” n’est plus seulement un terme religieux, mais un objectif de vie”, déclarent les fondateurs de Tamera sur leur site internet. Afin de se rapprocher de la communauté tamérienne, les responsables conseillent d’aller d’abord à la «Semaine de lancement» [coûte 500 euros (350 pour les portugais) plus 30 euros pour payer le logement et la nourriture (dans le cas des portugais, 20 euros) et 10 euros pour les enfants de plus de six ans, les autres ne paient pas]. Ce n’est que plus tard que sera analisée une éventuelle candidature pour être membre résident et rien ne garantit que l’adaptation sera couronnée de succès, certains anciens Tameriens ayant décidé de partir pour former des communautés concurrentes car ils sont en désaccord avec certaines règles, telles que l’amour gratuit ou la forme de la gouvernance.

Photo de Tamera.    Parmi les écovillages existant au Portugal, le projet Tamera est le plus important.

Par conséquent, se sont développés la Centro e oito ou le Vale Bacinas. Ces nouvelles organisations sont beaucoup plus petites que Tamera, qui rivalise avec d’autres organisations homologues au Portugal, telles que la Casa Fluxus (Castelo de Vide), le Tribodar (Nisa), le Vanaprastha Nabais (Alijó) ou le Lights One Gathering. (Valdosente), Fortuna verde (Mondim de Bastos), Quinta do Cabeça do Mato (Tabua), Terramada (Castro Marim), Casa de Santa Isabel (Seia). Il existe ensuite plusieurs groupes et associations liés à des pratiques écologiques qui ne constituent toutefois pas le caractère d’une communauté intentionnelle établie, tels que l’association Aldeia (Vimioso), le Collectif Germinal (Lousã), la Colher para Semear (Leiria), la Semente de Futuro (Arouca). Ces groupes sont principalement créés et formés par des Portugais, avec un nombre généralement compris entre 10 et 30 membres. Enfin, il existe également des espaces communautaires à vocation plus spirituelle, tels que Monte Mariposa (Tavira), entre autres (voir ici plusieurs exemples).

Photo de Tamera.     Les principes éthiques de Tamera sont les suivants: vérité, soutien mutuel et participation responsable.

Au niveau international, la liste est très large et couvre les cinq continents. Il convient toutefois de noter les parcs Eco Truly Park au Pérou, Comunidader Finca Bellavista Treehouse au Costa Rica, Chácara Asa Branca au Brésil ou Arcosanti en Arizona. Findhorn, dans le nord de l’Écosse, est l’un des premiers écovillages formés par sa taille. Il compte aujourd’hui environ 1 000 habitants et est l’un des plus importants. Il est un exemple dans plusieurs domaines tels que la durabilité, l’économie locale et l’éducation. holistique (une semaine d’expérience Findhorn peut coûter jusqu’à 780 £). Ensuite, Auroville City, qui est la plus grande communauté au monde.

Ville Universelle

Elle fut fondée sur les principes du yoga intégral par Mirra Alfassa, en partenariat avec son partenaire Sri Aurobindo, afin de réaliser un rêve: une ville d’unité humaine et universelle où hommes et femmes de tous les pays peuvent vivre en paix et en harmonie progressive, en dépit de leurs convictions, leurs orientations politiques ou leurs nationalités. Cela ressemble à de la fantaisie, mais Auroville est une vraie ville, près de Pondichéry, dans l’État du Tamil Nadu, dans le sud de l’Inde. Il compte actuellement environ 4 200 résidents de 45 pays (dont un tiers d’indiens), ainsi que des visiteurs.

Photo de Mic34 sur Pixabay.    Auroville est née d’un rêve: une ville d’unité humaine, universelle, où hommes et femmes peuvent vivre en paix et en harmonie, malgré leurs croyances, leurs partis politiques et leurs nationalités.

Mais est prête à recevoir jusqu’à 50 000 personnes. Le concept de la ville d’Auroville a commencé à être envisagé en 1930, mais ce n’est qu’en 1960 que l’Association Sri Aurobindo a présenté le projet au gouvernement indien, qui a donné le feu vert pour commencer les travaux. Et en 1966, il a également reçu la bénédiction de l’UNESCO qu’il considérait comme un projet important pour l’avenir de l’humanité. Le 28 février 1968, en présence du président de l’Inde et de représentants de 124 pays, la Ville de l’Aube est inaugurée.

Auroville a été créée par l’empreinte de l’architecte français Roger Anger, à l’invitation de Mirra Alfassa [la mère d’Auroville]. Il développa la ville en forme de spirale, symbolisant l’évolution humaine, au centre de laquelle se trouvait la zone de paix, le temple de Matrimandir. C’est l’ex-libris d’Auroville, symbole d’une nouvelle conscience, un bâtiment géant en forme de sphère dorée avec un majestueux amphithéâtre situé à côté d’un arbre appelé Banyan, âgé de plus de 100 ans et propriétaire d’un houppier d’un diamètre d’environ 50 mètres.

Photo de Josef Fendt sur Pixabay.   Auroville est réelle, près de Pondichéry dans l’état du Tamil Nadu, dans le sud de l’Inde, et compte actuellement environ 4 200 habitants.

Autour du temple Matrimandir, le centre de la spirale, des zones résidentielles, culturelles, internationales et industrielles (respectueuses de l’environnement) ont été créées, avec une ceinture verte, une zone d’agriculture biologique, une forêt et une zone de préservation dans l’anneau extérieur. Au total, Auroville est encadrée sur 25 kilomètres carrés. Les Aurovilliens s’attachent à transformer la conscience grâce à une vie autonome en harmonie et en respect pour la nature, de manière à assurer un développement culturel, spirituel et social pour tous, y compris les communautés environnantes. Cette vision est favorisée par le propriétaire de la ville, la Fondation Auroville, et par la population, qui élit des représentants deux fois par an au comité de travail et aux postes de conseil d’Auroville. Dans cette communauté, il n’y a pas de dirigeants politiques ou religieux, bien que les commandements de la fondatrice Mirra Alfassa soient admirés et suivis par tous, ni les hiérarchies, car les décisions les plus importantes sont prises à l’assemblée générale, où chaque personne représente une voix et la majorité décide.

En ce qui concerne l’argent, il existe des transactions commerciales internes et même transfrontalières, telles que la vente en ligne de leurs propres produits sur leur site, bien qu’Aeroville utilise une sorte de carte prépayée.

Tous les membres de la communauté ont droit à une rémunération minimale mensuelle pour satisfaire leurs besoins essentiels (les prix pour les résidents sont beaucoup plus bas et ils acceptent parfois le paiement par des services rendus) et paient également une contribution au maintien infrastructures de base et services de la ville.

Les portes d’Auroville sont ouvertes à tous. Il est possible de passer quelques jours en tant que touriste et de rester dans un hôtel ou une maison d’hôtes, ce qui revient à environ 17 euros par jour, selon le type de vie que vous choisissez de mener. Mais vous pouvez également rester plus longtemps (deux, six mois ou plus) en tant que nouveau venu. Dans ce cas, vous devez toujours payer les contributions mensuelles, les frais initiaux (environ 100 euros) et une caution de voyage de retour. Après une première expérience, il est possible de demander un visa de résident, qui est analysé au cas par cas et la bureaucratie est beaucoup plus exigeante.

Le rêve Auroville a presque un demi-siècle de vie et malgré de nombreux défauts, car il en existe aussi, comme en témoignent les différents reportages trouvés sur le net, les vertus se chevauchant pour que l’on puisse penser, qu’après tout, qu’il est possible de vivre dans une société différente de celle actuelle.

Renforcez votre conscience sur:

10 écovillages et communautés à connaître avant de mourir

Findhorn Foundation

Auroville en Inde

Liste des éco-villages au Portugal

Tamera à Odemira

Eco Villages au Brésil

Dernier arrêt: Alentejo

Les écovillages sont les communautés du futur  

Love
rfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-sliderfwbs-slide